Le savoir c'est le pouvoir

Le cycle menstruel

Femme lune cycle mentruel hormones

L’appareil reproducteur féminin se prépare tous les mois et de manière cyclique à une fécondation éventuelle. Cette préparation est l’ensemble des phénomènes physiologiques au cours d’un cycle menstruel ; comprenant la période de menstruation, l’épaississement de l’endomètre ainsi que le cycle ovarien. La durée moyenne d’un cycle est de 28 jours mais celui-ci n’est pas forcément toujours régulier tout au long d’une vie et peut être différent en fonction des personnes réglées : soit plus court, soit plus long. Par convention, cet article traite d’un cycle de 28 jours avec une période d’ovulation au 14ème jour. Le premier cycle commence à l’apparition des premières règles lors de la puberté. Sauf fécondation, les cycles s’enchaînent tout du long de la vie d’une femme jusqu’à la ménopause qui signe la fin de la période de fécondité.

La nouvelle lune

J1 à J5 : Les règles

Les menstruations, les règles, les ragnagnas, une période pas toujours agréable et pourtant essentielle au cycle. Elles durent entre trois et huit jours, cinq jours en moyenne. En cas de non fécondation lors du cycle précédent, la chute du taux d’hormones (œstrogènes et progestérones) envoyées par les ovaires vont causer le détachement de la muqueuse utérine, l’endomètre : ce sont les règles. Les saignements les plus abondants ont lieu au cours des deux premiers jours. Parallèlement aux règles, les ovaires vont de leur côté se préparer à ovuler. C’est l’hypophyse, une glande située à la base du cerveau, qui en libérant l’hormone FSH (folliculostimulante) active la croissance et la maturation de plusieurs follicules présents à la surface de l’ovaire.

Anomalies

Il peut survenir des petits troubles menstruels tels que des menstruations trop abondantes en quantité et/ou en durée, on les appelle les ménorragies ou hyperménorrhées. Lors de vos règles, vous pouvez ressentir des petites contractions utérines, en revanche la douleur n’est pas normale lorsqu’elle vous empêche d’avoir des activités habituelles, sortir, faire du sport, qu’elle passe difficilement avec des antidouleurs basiques. Les règles douloureuses sont aussi appelées des dysménorrhées. Si vous êtes dans ce cas, je vous invite à lire mes articles sur l’endométriose et l’adénomyose et à aller consulter.

Le premier quartier

J6 à J14 : Montée œstrogènes

À l’arrêt des saignements, l’utérus se prépare à une éventuelle grossesse. Au niveau ovarien, c’est la phase pré-ovulatoire ou folliculaire : sous la stimulation de l’hormone hypophysaire FSH, un ou plusieurs follicules sont en développement dans un des ovaires. Dans la plupart des cas, un seul de ces follicules développera un ovule mature. La montée du taux en FSH va stimuler la production d’œstrogènes par l’ovaire. L’œstrogène permettra l’augmentation de l’épaisseur de l’endomètre. L’endomètre est la muqueuse utérine qui sert à recevoir un ovocyte en cas de fécondation. Cet endomètre se sature de sang et de nutriments sous l’action des hormones. La sécrétion de FSH augmente jusqu’à un pic au moment de l’ovulation.

La pleine lune

J14 : Pic de fertilité

Autour du 14ème jour, il y a une montée du taux de l’hormone hypophysaire LH. Ce taux d’hormone plus élevé va induire dans les ovaires l’éclatement du follicule et la libération de l’ovule par un des ovaires. On l’appelle ovocyte : il se fera happer par la trompe de Fallope correspondante pour se diriger vers l’utérus. La présence de spermatozoïdes à ce moment là dans la trompe pourra induire une fécondation. Sans fécondation, l’ovocyte se désintégrera environ 24h plus tard.

Le dernier quartier

J14 à 25 : Prédominance Progestérone

Après l’ovulation, le taux de FSH et LH diminue. Le follicule éclaté lors de l’ovulation va se refermer et se transformer en corps jaune qui va diffuser de la progestérone. Cette hormone va permettre à l’endomètre de perdurer dans le but de potentiellement recevoir l’œuf fécondé, elle bloque également les ovaires jusqu’au cycle suivant pour empêcher l’ovulation. Le corps jaune commencera à régresser vers le 21ème jour pour finir par disparaître peu à peu, entraînant la diminution de la quantité de progestérone dans le sang.

En cas de fécondation

S’il y a eu fécondation, c’est à dire que l’ovule est fécondé par un spermatozoïde et devient un embryon, il faudra quelques jours à ce dernier pour se rendre dans l’utérus et pour s’implanter dans la paroi utérine (endomètre) : on appelle cette étape la nidation. Cette implantation induira la production d’une hormone, la HCG, qui va maintenir la production des autres hormones notamment la progestérone qui maintiendra l’endomètre le temps de la grossesse et bloquera les ovulations et les règles, mettant le cycle en pause pour neuf mois.

J25 à 28 : Chute hormonale

Si l’ovule n’a pas été fécondé ou si l’implantation n’a pas eu lieu, la mort cellulaire du corps jaune induira la chute des hormones. Les cellules de l’endomètre cessent de recevoir la progestérone diffusée par le corps jaune, provoquant l’évacuation de la dentelle utérine : ce sont les règles. Ainsi, un nouveau cycle débute. La chute des hormones œstrogéniques et progestatives juste avant les règles va induire chez près de 80% des femmes des troubles physiques (rétention d’eau, mastodynies, céphalées, ballonnement,…) et psychiques (envie de sucreries, irritabilité, humeur dépressive). Chez 30% des femmes, on parle de syndrôme prémenstruel (SPM) car les symptômes sont beaucoup plus sévères et dans 5% des cas, ils sont handicapant se répercutant sur la vie familiale et professionnelle, il s’agit alors de dysphorie prémenstruelle (ou premenstrual dysphoric disorder = PMDD).

schema cycle menstruel ovarien uterin taux hormonaux hypophyse endomètre ovule ovaire lh oœstrogenes progesterone fsh
Schéma cycle menstruel

Partager cet article

Articles liés